Littérature

Dans notre rubrique littérature, vous trouverez des résumés, critiques ou réflexions autour de différents livres. Vous pouvez aussi bien y trouver des pièces de théâtre contemporain que des romans qui nous ont marqué. On vous laisse découvrir…

Répertoire

Nucléa d’Henri Pichette

Nucléa est une pièce originelle qui se joue des conventions du théâtre en insufflant à la parole théâtrale un nouvel atome : le poème, celui qui s’invente sous nos yeux dans le corps de l’acteur, celui qui est pensé pour se mouvoir sur scène et non pour émouvoir…

Richard II de William Shakespeare

Dans Richard II, il y a comme un aspect prémonitoire des violences à venir. Ces mises en garde résonnent particulièrement en nos temps troublés où s’oublie le respect de l’homme pour mieux piétiner et étrangler ses droits inaliénables et ses libertés.

La Ville de Paul Claudel

Jean Vilar disait que c’était à partir d’œuvres dramatiques comme la Ville que la révolution littéraire du théâtre devait être faite. Il considérait par ailleurs cette pièce comme un des plus beaux poèmes dramatiques de notre littérature.

LE CRAPAUD-BUFFLE D’ARMAND GATTI

Le Crapaud-Buffle d’Armand Gatti, un des premiers textes de l’auteur fut créé pour l’inauguration du Théâtre Récamier le 22 octobre 1959. Jean Vilar a conçu cette antenne du TNP pour accueillir les pièces d’auteurs contemporains sur une scène plus petite que le plateau de Chaillot qui pouvait effrayer la nouvelle génération.

Essais

La Chair et l’idée

Sony Labou Tansi en scènes, théâtre et poèmes inédits, lettres, témoignages, écrits et regards critiques, publié aux Solitaires Intempestifs. Dans l’intimité du travail de Sony Labou Tansi : Cet ouvrage s’emploie à présenter le travail théâtral de Sony Labou Tansi à travers de nombreux témoignages de personnes qui l’ont connu ou qui ont travaillé à ses… Lire la suite La Chair et l’idée

La poésie sauve-t-elle le monde ?

S’il faut à tout prix attribuer à la poésie une valeur, on peut proclamer sa faculté à stimuler l’émerveillement face à l’altérité et à considérer toute différence comme l’occasion d’une découverte. Dans une époque marquée par le repli sur soi et le rétrécissement des idées autour de valeurs régressives, la faculté d’émerveillement tient une place sanitaire.

Pauline Peyrade et David Léon

Poings de Pauline Peyrade (Les Solitaires Intempestifs, édité en novembre 2017) Regard sur le livre

Les personnages de Pauline Peyrade sont toujours en décalage dans leurs perceptions du réel. Enfermés dans leurs pensées, ils sont les gisants d’un monde en devenir, en eux se concentrent tous les malaises, en eux s’animent de secrètes ardeurs faites de haines et d’abandons, en eux se révèlent une expérience traumatisante du monde, faite de cris silencieux et d’émotions percluses.

Toutes ces voix de David Léon (paru le 9 janvier 2020 aux éditions espaces 34)

C’est là le pouvoir de l’écriture qui peut balayer ces rapports de force entre le réel et ce que l’auteur appelle le culturel qui fixerait les normes, pour faire œuvre nouvelle, non pas d’éducateur, forcé dans le réel en quelque sorte à donner les médicaments, mais à faire œuvre de poète poussé par l’idéal et l’amour et voir ainsi en ces personnes une force sauvage, imprévisible et salvatrice.

De Terre de Honte Et De Pardon de David Léon : Regard sur le livre

En réalité, la seule chose que l’on puisse faire lorsqu’on cherche à trouver un sens à l’écriture, c’est de se laisser prendre par le dispositif de voix qu’elle engendre, la voix d’une tradition biblique et ses multiples ramages dans la littérature et l’imaginaire collectif à laquelle se muerait une voix sans réel ancrage, errant au gré des souvenirs, reflétant la douleur et la violence comme un fanal au murmure aiguë déploierait son plus imperceptible crépitement du plus profond de la nuit…

Théâtre Contemporain

Argument de Pascal Rambert

aux éditions les Solitaires Intempestifs, décembre 2015. L’histoire se déroule dans les entrelacs d’une lande verte, bande de verdure parmi une plaine éparpillée, ou fragments d’un petit coteau, proche d’une falaise et de la mer, dans un lieu circoncis que serait Javille, lieu de refuge et lieu de fuite, mais aussi de dénégation dans le… Lire la suite Argument de Pascal Rambert

« Le sang des Promesses », une Tétralogie de Wajdi Mouawad

 « Quelque chose » qui pourrait ressembler à une odyssée entreprise par Wilfrid dans Littoral, poursuivie par Jeanne dans Incendies et que Loup mène à son terme dans Forêts. « Quelque chose » sans identité mais qui tourne cependant, je crois autour de la question de la promesse : promesse tenue, promesse non tenue. Promesse… Lire la suite « Le sang des Promesses », une Tétralogie de Wajdi Mouawad

Angelica Liddell, Le Cycle des résurrections suivi de La Fiancée du Fossoyeur, traduit de l’espagnol par Christilla Vasserot

Chaque phrase, chaque ligne, chaque sillage de cette écriture forment en soi une pierre effeuillée, comme les pétales d’une rose malade sur laquelle la narratrice va fonder une sorte de mouvement d’introspection pour essayer d’exprimer une sensibilité, ou davantage ses excès dans une sorte de travers apocalyptique. Par là, elle exprime les torsions d’un être… Lire la suite Angelica Liddell, Le Cycle des résurrections suivi de La Fiancée du Fossoyeur, traduit de l’espagnol par Christilla Vasserot

Que Haré Yo Con Esta Espada d’Angelica Liddell

En somme, il faut bâtir un nouveau monde, pétri dans la beauté et la poésie des éléments et du corps, détruire la loi qui la bride, et ne plus seulement la percevoir en fonction de concepts, dans une représentation artistique ou esthétique, mais bien la vivre intensément en son propre corps, quitte à être souillée, à se faire pisser dessus ou à se flageller avec des poulpes…

Ne me touchez pas d’Anne Theron

publié aux éditions les Solitaires Intempestifs Ce texte dépasse les élans d’une simple adaptation ou même simplement d’une pure réécriture des Liaisons Dangereuses, roman épistolaire qui raconte l’histoire de deux libertins écrit par Choderlos de Laclos au XVIIIème. Le ton est dénié d’arrogance et la construction se centre en grande part sur les échanges entre Valmont… Lire la suite Ne me touchez pas d’Anne Theron

Monroe suivi de Tahoe de Frédéric Vossier

Elles dévoilent avec beauté le cadavre de nos illusions sur la vie vraie et la vie rêvée, elles exhalent avec pudeur, l’obsession de la solitude, essentielle pour être et devenir quelque chose qui puisse ressembler à soi-même.

Autres parutions

Rester Vivant grâce à Michel Houellebecq

À l’heure où paraît aux éditions de l’Herne un essai de Michel Houellebecq sur le philosophe Arthur Schopenhauer, l’Alchimie du Verbe vous propose de relire le premier recueil de poèmes d’un écrivain que l’on connaît surtout pour ses romans…

Poésie du coureur cycliste

L’ancien coureur nous montre qu’il est possible de mettre des mots sur ce que chaque cycliste ressent durant ces longues heures solitaires passées sur les routes, sentiment qu’il tenait jusque-là pour indicible.

Les motifs du corps et de l’eau dans « Peur 2 » et « Peur 3 », extraits de OS d’Antoine Emaz

Par Lucas Berger
Le processus d’écriture d’Antoine Emaz découle de cette idée qu’il y a un élément premier qui préside à tous les autres, un motif central qui ne se révèle qu’à force de creuser les strates du langage, à force d’opérer le corps de la langue pour entrevoir son squelette. Si elle est vouée à l’échec, cette tentative pour « écrire le vivre » révèle au passage des mécanismes linguistiques insoupçonnés, qui réunissent les conditions d’apparition d’une véritable altérité au sein de la langue. Si elle ne possède pas de réalité hors de l’espace du poème, cette altérité exprime dans toute sa force une singularité irréductible.