Critique de spectacle, Critiques de Spectacles à Lyon

Les trois sœurs d’après Tchekhov par Simon Stone

Le jeu de la grande troupe réunie par Stone soutient de manière très belle la redoutable machine de guerre qu'il met en place, montrant la petitesse de l'individu et son écrasement dans un monde qui le dépasse ; créant ainsi un comique du drame de son aspect dérisoire.

Critique de spectacle, Critiques de Spectacles à Lyon

Illusions d’Ivan Viripaev, mise en scène Olivier Maurin

Ce spectacle est une réflexion douce et sensible autant qu’existentielle : du théâtre nécessaire et sans prétention, qui correspond à l'idéal poursuivi par son auteur, Viripaev : "écrire un théâtre qui fait du bien, qui ne rajoute pas de mal ou de lourdeur à ce monde, au contraire."

Critique de spectacle, Critiques de Spectacles à Lyon

Ubu Roi (ou presque…) d’après Alfred Jarry, par Christian Schiaretti

Schiaretti parvient à rendre cette explosion exubérante du texte sur la scène. De ce fait, une énergie naïve se déploie sur scène, celle de l'enfant capricieux et égocentré qu'est Ubu, celle de la soif de pouvoir (et non pas de simple puissance, contrairement au père Ubu), qui dévore la mère Ubu, celle enfin de la troupe qui ressuscite dans le bazar cette pièce polémique...

Critique de spectacle, Critiques de Spectacles à Lyon, Critiques de spectacles à Lyon

Œdipe-Roi dans une mise en scène de Gilles Pastor

Par Louise Rulh Faisceau après faisceau on redécouvre une chose que l'on croyait connaître et que l'on croyait voir : la tragédie d'Œdipe toujours redécouverte et  ravivée devant les yeux de publics toujours différents, de Sophocle à Pasolini, jusqu'à Pastor aujourd'hui...

Critique de spectacle, Critiques de Spectacles à Lyon, Critiques de spectacles à Lyon

King Kong Théorie d’après Virginie Despentes dans une mise en scène de Vanessa Larré

Par Raphaël Baptiste. Les comédiennes ne portent pas simplement un texte, mais bien plus un corps incandescent prêt à en découdre, prêt à se battre et à demander des comptes. L'impression d'apaisement du texte par son côté introspectif dénote totalement avec son aspect imprécatif : il aurait fallu un souffle plus cru pour en révéler les débordements sur la scène, qui trop réglée, nous donne un spectacle mesuré qui semble taire, au moins amoindrir, la terreur de l'histoire qu'il offre au spectateur.

Critique de spectacle, Critiques de spectacles à Lyon

Quelques considérations sur le Viviers des Noms de Valère Novarina

Malgré cette carence actuelle et ce constat terrible d'une parole insignifiante et stérile que l'on retrouve par exemple en ce moment dans la campagne de Monsieur Macron que tous s'ingénient à qualifier de candidature et de parole de « communication » alors que tous agissent de la même manière avec le même acharnement idéologique, Valère Novarina, tout comme Olivier Py ou encore Jean-Pierre Siméon intronisent une révolution de la parole en ce qu'elle n'est plus centrée sur elle-même, ni même contrainte à éclaircir des sens, mais bien à ouvrir des possibles alors même que la parole politique d'aujourd'hui ne donne plus aucun espoir en l'avenir mais ne fait que condamner des horizons...