Primitifs, une création de Michel Schweizer par la Compagnie La Coma

Dans le cadre de la manifestation Biennale Nos Futurs au Théâtre Nouvelle Génération de Lyon

Le spectacle présente des atours assez atypiques et propose une forme de « spectacle-conférence ». En effet, le spectacle se noue autour d’échanges plus ou moins improvisés et spontanés (en tout cas dans la perception que peut en avoir le spectateur), ces échanges sont destinés à expliciter des projets pour mettre en valeur un projet d’enfouissement des déchets nucléaires sur le site de Bure qui devrait être mis en route à l’horizon 2025. Il suffit de se rendre sur Internet pour voir à quel point ce projet divise. Nous pouvons à la fois trouver des sites qui y sont farouchement opposés et des sites internet comme les porteurs de projets ou des sites de communications sur le nucléaire qui en défendent les fondements. Il faut aller faire un tour sur le site internet du projet Cigéo porté par l’Andra (projet dont parle Primitifs) pour comprendre toute l’ironie du spectacle et toute la subversion de la « communication » destinée à « promouvoir » ce site d’enfouissement.

Sur scène, vont se succéder des architectes, puis des experts censés expliciter et imaginer des projets pour mettre en valeur ce site. Les personnages architectes à la démesure de la vacuité du projet initial vont proposer des solutions pour interroger la place du vivant face à ce que l’on pourrait considérer comme une sorte de danger imminent et irréversible pour la santé humaine. Trois architectes vont ainsi imaginer des projets aussi fantaisistes qu’absurdes pour donner une place à ce site, en construisant une ville dessus ou encore un monument stellaire ou bien même une installation artistique, tout en parodiant l’action communicative des porteurs de projets et des entreprises qui les développent. Ainsi, le spectacle n’est pas seulement une critique de ce projet, ni même une conférence qui nous en expliquerait les conséquences fatales pour l’environnement et les hommes, mais bien une sorte d’oraison poétique de la société de communication dans laquelle nous vivons et qui pense être en mesure par la force des images et de la parole d’experts, capable de nous vendre n’importe quoi… Et à n’importe quel prix ! Les comédiens incarnent en cela avec force les failles de cette humanité décadente !

PRIMITIFS -LA COMA - MICHEL SCHWEIZER - Dans le cadre du Festival 100% La Villette -

© Frédéric Desmesure

En cela, la démonstration de Michel Schweizer avec ses comédiens est d’une grande beauté, elle dépasse le simple fait politique et écologique pour nous emporter peu à peu dans une ballade poétique et humaine dans les failles d’un système pensé par l’humain contre lui-même.

On retrouve sur scène un panneau publicitaire recouvert de différentes affiches publicitaires au cours de la pièce et même quelques maquettes ou prototypes ainsi que des diaporamas, qui vont essayer d’expliquer la nécessité de garder du vivant sur un site d’enfouissement nucléaire. Le dramaturge transgresse les codes de l’entreprise et va jusqu’à imaginer cette antinomie flamboyante, mettre le vivant au cœur ou plutôt au dessus d’un site d’enfouissement nucléaire… Il y a quelque chose qui bascule, qui décale les problématiques essentielles liées à la prolifération du nucléaire et au traitement des déchets puisque la problématique va être recentrée sur la place de l’homme et de manière absurde, ce site d’enfouissement sera mis en valeur au même titre que n’importe quel projet.

Pourtant, peu à peu la scène se scande en passages verticaux, brisés par une lumière ondoyante et une musique assourdissante, les personnages se laissent bientôt emporter par leurs passions, laissant et abandonnant un langage de communication pour une parole plus personnelle, rapportée à l’échange dans l’instant présent avec l’être humain au cœur du spectacle. Et le spectateur assiste à cette pseudo-rencontre en comprenant bientôt que cet événement spectaculaire auquel il est en train d’assister n’a rien de scientifique, mais consiste en une lubie totale et spéculatrice sur le vivant, qui révèle bien sûr in petto l’horreur du réel projet d’enfouissement sur Bure que le spectateur comprend d’autant mieux en allant se renseigner sur divers sites et en suivant l’actualité. Le spectacle ainsi serait une sorte d’invitation au voyage dans notre monde absurde, une proposition déjantée dont la folie progressive jusqu’au cri et à l’hystérie de ses personnages comme possédés par leurs propres limites, viendrait ourdir l’arrière plan politique et écologique du projet réel.

A travers cette forme outrecuidante de théâtre en prise directe avec le monde laissant aux personnages quelques bribes d’un monde poétique, résistant toujours et encore à l’extinction face à la société de communication, Michel Schweizer et La Coma nous livre un spectacle saisissant et étrange, où la parodie, la caricature et l’exagération sont peut-être les moins éloignées de la réalité d’un projet, catastrophe annoncée et de surcroît payée par l’état et nos impôts…

Raf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s