Binari de Jungnam Lee au théâtre Présence Pasteur du 5 au 27 Juillet à 12hoo par la troupe coréenne du Mac Theater Pusan

Il n’est pas certain qu’il nous soit possible de comprendre l’histoire sans la lecture de la présentation. Pourtant sans avoir à la lire, ni même à l’ouvrir, un nouvel espace s’offre à nous, une nouvelle dimension naît de cette confrontation avec ce théâtre traditionnel coréen. Cette histoire nous montre que derrière le masque de la mort, les charmes et la beauté de la vie sont toujours des expressions prééminentes . Je pense que la critique se bornerait trop à souligner quelques aspects de l’épopée et de l’art total de cette représentation qui conjugue et manie avec éclat la danse, le masque, le chant, la musique, les mouvements et la manipulation d’objets.

La dimension poétique de cette pièce est inestimable, et chaque objet, chaque être vit une véritable transcendance et se retrouve entraîné de le flot inaltérable de l’existence.

Alternant avec légèreté et promptitude, le burlesque et l’expression tragique, ce spectacle est en proie à nous émouvoir à chaque seconde. Il s’agirait presque d’un spectacle pour sourd ou pour aveugle, tant l’un et l’autre y trouveraient leur bonheur. Le spectateur doit l’espace d’une heure, s’oublier et se remémorer ses souvenirs douloureux. Ce spectacle est presque un voyage initiatique au cœur de l’inconscient.

Les comédiens accomplissent avec ce spectacle une véritable prouesse, qui nous donne une idée autre des conceptions poétiques de la mort et de l’amour dont notre théâtre occidental est injustement infesté par cette parole trop clairvoyante et trop révélatrice de comédiens gémissant et lancinant. Ici la parole est dans le geste, dans l’instant fragile, elle est la source du silence en ce sens où elle épuise le discours, créant ainsi une profondeur à cette insoutenable légèreté des personnages.

Un sincère éblouissement et une grande satisfaction attendent le public, Binari fait parti intégrante de ces spectacles qu’on doit voir inévitablement dans le OFF, pour épanouir ses exigences et s’évader au rythme du tambourin dans la tradition coréenne, dans l’humanité altière en personne.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s